Taux journalier moyen : comment savoir combien je vaux ?

Fixer les bons tarifs pour vos missions est un enjeu de taille. En plus de vous garantir un salaire à la hauteur de vos compétences et de votre travail, cela vous assure une bonne crédibilité auprès de vos clients. Mais comment procéder pour fixer son taux journalier moyen ? On vous livre nos conseils pratiques.  

Trop élevé, votre taux journalier moyen risque de dépasser le budget du client. Trop faible, c’est votre crédibilité qui est en cause. Mais alors comment fixer le bon tarif pour vos prestations ? Voilà une question que se posent de nombreux freelances et salariés portés. S’il n’y a pas de réponse-type, on peut tout de même définir une fourchette pertinente, à partir du chiffre d’affaires visé ou en fonction des prix du marché.

Demandez l’avis de consultants plus expérimentés

S’il y a d’autres freelances dans votre entourage, n’hésitez pas à leur demander comment ils fixent leurs tarifs. Dans le cas contraire, vous pouvez faire jouer le bouche-à-oreille pour en rencontrer, ou intégrer une communauté de freelances sur les réseaux sociaux. Une solution qui présente l’avantage de faire grandir votre réseau.

Observez les prix pratiqués dans votre secteur

Pour connaître les prix moyens ou médians pratiqués dans votre secteur, deux options s’offrent à vous. Vous pouvez vous fier aux baromètres des taux journaliers moyens élaborés pour votre activité – il en sort presque chaque année. Ou encore étudier les profils de vos concurrents sur les CV-thèques. Vous aurez ainsi une idée du TJM auquel vous pouvez prétendre sur votre marché. Ainsi, le TJM moyen d’un graphiste est de 378 €, celui d’un rédacteur, 319 €, tandis qu’un chef de projet facture à 583 €/jour, selon le dernier baromètre Malt.  À vous d’adapter ensuite ces moyennes en fonction de votre degré d’expertise, du lieu et de la durée de la mission ou encore du contexte économique de l’entreprise qui vous sollicite.

Utilisez un simulateur

Vous pouvez, également, calculer votre taux journalier moyen en fonction du salaire net ou du chiffre d’affaires visé. À celui-ci, vous rajouterez vos différentes charges (patronales, salariales, frais de fonctionnement) afin de savoir quel montant facturer à votre client. Pour vous aider, plusieurs sites proposent des simulateurs qui vous permettront de calculer vos charges, voire même directement les bénéfices que vous pourrez générer. Certains simulateurs permettent aussi de définir votre TJM, en se basant sur votre dernier salaire brut annuel ou sur le salaire net mensuel que vous souhaiteriez atteindre. Celui de Valor Portage, quant à lui, vous permet de connaître rapidement votre salaire net prévisionnel à partir du montant de facturation.

Cas particulier : le client fixe son propre prix

Dans certains cas, le prix de la mission est défini directement par le client et les marges de négociation sont relativement faibles – voire inexistantes. Cela arrive souvent sur des marchés où le nombre de freelances est supérieur au nombre de missions proposées, par exemple. En tant que travailleur indépendant, vous n’avez d’autre choix que d’accepter cette proposition de mission au tarif indiqué, ou de décliner l’offre dans son ensemble.

Dernières actualités